<body TEXT="#EEE8AA" LINK="#FFFFE0" VLINK="#FFFF60" ALINK="#FFFF70" bgcolor="#4169E1"> <div align="center"><span style="color: Red;">IMPORTANT : Votre navigateur ne peut malheureusement pas afficher cette page correctement.</span></div><div align="center"><span style="color: Red;">Vous ne pourrez donc pas profiter des mises en valeurs de cette pr&eacute;sentation.</span></div> <div align="right"><a href="../index.html" title="Raccourci vers la page d'acceuil.">Page d'acceuil</a>.</div> </body>
Le récit de nos vacances :

Jour 6/12

La montagne ça pique

 

Ce matin, après le petit déjeuner, les enfants ont pris le temps de jouer dans la piscine du camping alors que papa attendait que la machine à laver, dans laquelle il avait mis les affaires sales et utilisé deux pièces de 2 Euros, finisse son programme.
Juste après, il mit le linge tout chaud mais encore humide dans le sèche-linge juste à côté et il dût y mettre une pièce de 2 Euros, une pièce de 1 Euro et une pièce de 50 centimes.
Total : 7,50 Euros pour le lavage + séchage. 
Il plia le linge et dit aux enfants de sortir de la piscine. Il était temps de plier bagage et de reprendre la route.

À 11H45 nous repartîmes et le GPS sous fît prendre des routes toutes droites et plates pendant près de deux heures.

Au passage dans un bourg de la commune de Garein, papa s'arrêta à l'ombre d'un arbre, il descendit seul pour aller voir quelque chose et revint une minute plus tard et dit :
- À table.


Nous traversâmes la route au passage piétons pour arriver dans un petit restaurant-pizzéria dénommé " La Pizz' ".  

La serveuse-pizzaiolo prit notre commande. Une pizza au chorizo et une pizza "chèvre chaud". Deux pizzas pour quatre nous ont suffit tellement elles étaient grandes.
Nous nous sommes régalés.

En dessert, des glaces. Alix et Rémy prirent des cônes, à la vanille pour le premier et au chocolat pour le second.

  
Papa demanda une boule au rhum-raisins, car il adore ça. Quand la serveuse lui demanda s'il voulait de la chantilly par dessus, il ne se fît point prier deux fois et dit oui tout de suite.
Léa demanda une boule au chocolat et eu aussi droit à de la crème chantilly.
Un petit café pour papa et il paya l'addition, 23 Euros. 

Le paysage changeait peu à peu, la végétation aussi. Les pins des landes laissaient progressivement la place à des forêts de marronniers, de châtaigniers, de bouleaux, d'érables.


Les routes devenaient de plus en plus sinueuses. On se retrouva bientôt à flan de collines au bord de précipices toujours plus profonds. Au détour d'un virage, nous aperçûmes au loin les premiers traits, qui se confondaient presque avec les nuages à l'horizon, des Pyrénées.
En passant par "Saint Pierre de Mont", papa alla se garer sur le parking d'un Décathlon. Une table basse, cela ne faisait pas assez de surface pour pouvoir manger à 4 avec d'autres choses que des assiettes posées dessus.
On repartit du magasin avec une seconde table basse et un tapis, pour un montant de 22,90 Euros. 

Nous fîmes un arrêt à une station service d'un "Super U", où le prix du carburant n'est pas le moins cher, pour faire le plein qui coûta 42,88 Euros. 

Il nous restait encore quelques dernières routes sinueuses avant l'arrivée.
Pour le repas du soir, nous avons acheté quelques tomates, un pain, du jus d'orange et des yaourts à boire à la framboise.
Total : 4,56 Euros. 

     

En arrivant à "Saint Gaudens", notre point de chute, papa chercha l'office de tourisme car le GPS n'avait aucune données concernant un quelconque camping à moins de 30 kilomètres.


Il était 18H55 et l'office de tourisme était fermée depuis longtemps.
Heureusement, une liste avec plein de renseignements avait été placardée sur l'une des vitres. Papa y trouva l'adresse du camping municipal et la rentra dans le GPS qui nous y guida. 
14 Euros pour la nuit, ce n'est pas cher. 
Les sanitaires étaient au minimum requis, mais la vue depuis notre place, en surplomb de la route, était impressionnante.
On voyait toute la chaine de montagne avec quelque monts enneigés tout au loin.

        
Nous mangeâmes sur une table en bois.
Papa avait tellement chaud, après avoir monté l'igloo de pépé tout seul en plein soleil, qu'il s'était mis torse-nu.
Les moustiques on dût trouver sa transpiration à leur gout car il se retrouva avec sept piqûres sur le dos.

Tout le monde, sauf Alix, pris une douche avant d'aller se coucher.

Joël BRUNET

Sommaire | < Jour 5 | Jour 6 | Jour 7 >