<body TEXT="#EEE8AA" LINK="#FFFFE0" VLINK="#FFFF60" ALINK="#FFFF70" bgcolor="#4169E1"> <div align="center"><span style="color: Red;">IMPORTANT : Votre navigateur ne peut malheureusement pas afficher cette page correctement.</span></div><div align="center"><span style="color: Red;">Vous ne pourrez donc pas profiter des mises en valeurs de cette pr&eacute;sentation.</span></div> <div align="right"><a href="../index.html" title="Raccourci vers la page d'acceuil.">Page d'acceuil</a>.</div> </body>
Le récit de nos vacances :

Jour 7/12

La cité médiévale

Pour le petit déjeuner nous avions acheté des yaourts à boire et Léa, qui c'était renseignée en arrivant hier soir, avait mis tout ce qui se trouvait dans la glacière au congélateur qui se trouvait dans une petite pièce dans les sanitaires.
Elle a donc été les chercher mais étaient bien évidement congelés.

Avez-vous déjà mangé de la glace au petit déjeuner ?

Papa fit réchauffer de l'eau pour son café mais il l'utilisa pour tremper sa petite bouteille dans son mug. Il en fit profiter Rémy également. Malheureusement, il dût répéter l'opération une fois car l'eau contenue dans le mug avait refroidie.
Léa n'avait pas attendu et avait directement découpé le haut de sa bouteille en plastique et mangé le yaourt glacé à la petite cuillère.

Depuis que nous somme parti, c'était bien la première fois que l'on ne voyait pas le soleil le matin. Un couverture nuageuse assez haute grisait tout le ciel d'ordinaire bleu.


Peu importait, une nouvelle fois nous avions près de 300 kilomètres à parcourir. Nous quittâmes le camping vers 11H moins le quart.
Papa s'exclama qu'il fallait absolument envoyer les cartes postales, que nous avions achetées au "Puy du Fou", à toute la famille. Du coup, direction le centre-ville pour trouver le bureau de poste le plus proche. Le temps de finir de les remplir, de choisir un timbre pour chacun, de les mettre dans la bonne coite aux lettres, il était déjà 11H15.

Nous sommes passé près de Montréal, non pas au Québec mais en France.

Nous avions pris un bon petit déjeuner et la faim ne se fit pas sentir avant au moins 13H30 quand, arrivant à Carcassonne, papa commença à chercher un petit coin tranquille à l'ombre pour déjeuner. Un panneau indiquant la direction de "La Cité" guidait notre conducteur.

Quel émerveillement nous eûmes quand nous vîmes au loin les remparts et les tours de la vieille cité médiévale de Carcassonne qu'immanquablement nous allâmes visiter. Nous avons pris avec nous de quoi pique-niquer.

    


Rémy eu en charge le tapis de sol tout neuf, Alix eu une table basse et Léa le sac avec les provisions. Papa n'oublia pas son appareil photo.
Nous entamâmes l'ascension des escaliers pavés de gros cailloux tout lisse sur lesquels nous risquâmes de nous fouler une cheville plus d'une fois. 
Nous pénétrions dans une forteresse datant du moyen-âge et qui attire une quantité de touristes telle que cela étonna papa. Il ne pensait pas, en voyant tout cela de l'extérieur, qu'autant de monde pouvait se balader dans les petites ruelles ou chaque maison avaient été transformées en boutique ou en restaurant. On se serai cru de nouveau au "Puy du Fou".

     

Nous mangeâmes à 14H30, en bas d'une impasse, loin des autres touristes qui faisaient demi-tour en voyant les grandes portes en bois qui bouchaient le passage et aux pieds desquelles nous nous étions installé. 

Notre visite repris à 15H00 en direction des remparts extérieurs. Un spectacle de chevalerie est donné plusieurs fois par jours mais il était 15H05 quand nous arrivâmes au guichet pour la séance qui avait débuté cinq minutes plus tôt.

   


Nous aurions très bien pu assister à la représentation en cours mais plusieurs choses faisaient que nous y avons renoncé :
- le prix un peu trop cher pour un spectacle s'approchant de celui que nous avions tous encore en tête depuis le deuxième jour de notre périple,
- l'heure à laquelle nous serions ressorti, sachant que nous n'avions que moitié fait du trajet avant notre prochain arrêt
- et le soleil qui nous avait retrouvé et qui cognait dur à cette heure.

      

À la porte suivante, qui nous laissait de nouveau entrer dans le cœur de la cité, nous fîmes un peu de lèche-vitrines, regardant de beaux t-shirts aux pris prohibitifs de 12,50 Euros pour une taille enfant et 14,50 Euros pour un adulte. Nous nous rabattîmes sur les porte-clefs et un jeu de 54 cartes.
Total : 35,50 euros. 

Nous reprîmes la direction de la voiture mais papa faisait le grand enfant en allant voir dans tous les recoins pour prendre des photos.

     


Léa fut obligée de le prendre par le bras et de le trainer de force pour qu'il avance. Rémy commençait à se plaindre qu'il avait mal aux pieds et Alix avait envie d'aller aux toilettes.

Au fur et à mesure que les kilomètres passaient, les montagnes qui nous entouraient étaient de moins en moins impressionnantes. Sur les sommets, des éoliennes nous faisaient penser à un champ de marguerites, tellement il y en avait. Il faut dire que le vent souffle fort dans la région.

      

Un bout d'autoroute obligatoire et gratuite pour traverser Narbonne; puis une départementale sinueuse descendant vers la mer, nous emmenaient vers Narbonne-Plage. Papa nous dit :
- Les enfants, après l'océan et la montagne, je vous offre la Méditerranée !

Nous nous arrêtâmes au camping municipal *** "La Falaise", il nous en coûta 30,40 Euros pour une nuit. 

 


Le sol était tellement dur en dessous de la couche de terre que papa ne parvint à enfoncer les sardines de l'igloo de pépé que jusqu'à la moitié. Nous n'avons installé que cette toile de tente et décidé que nous dormirions sur les tapis de sol.
Papa parti seul pour aller chercher du pain qu'il trouva assez rapidement à deux pas du camping : 1 pain = 1,40 Euros.
Nous mangeâmes des pâtes qui, cette fois, furent bien cuites, papa y veilla tout particulièrement.

  

Le jour déclinait quand nous nous dirigeâmes vers la plage, après avoir cherché pendant un quart d'heure la clé de la voiture que papa avait posé quelque part sans arriver à s'en souvenir. Ce fut Alix qui la retrouva entre deux serviettes.

La Méditerranée c'est autre chose que l'océan Atlantique, les vagues y sont beaucoup plus petites et surtout on peu y rentrer et avoir de l'eau jusqu'aux épaules, que l'on peu encore voir ces pieds au fond tellement elle est claire. De plus elle est bien chaude.


Le vent qui soufflait fort ne nous faisait même pas frissonner et nous permis de nous sécher assez vite.

De retour au camping, nous avons croisé un couple de personnes âgées et la dame nous dit qu'il allait être donné un spectacle de "French cancan", gratuitement, sur la plage, plus tard dans la soirée.

Oubliant la douche que nous avions projetés de prendre, nous déposâmes nos serviettes de plage et repartîmes en direction de la plage.

Nous avons vu cinq danseuses chanter en play-back et danser sur diverses musiques dans des costumes différents à chaque fois. Le spectacle se termina vers minuit avec le fameux air qui a fait le succès du "Moulin Rouge", donnant le sourire à tout les hommes du public.

Joël BRUNET

Sommaire | < Jour 6 | Jour 7 | Jour 8 >