<body TEXT="#EEE8AA" LINK="#FFFFE0" VLINK="#FFFF60" ALINK="#FFFF70" bgcolor="#4169E1"> <div align="center"><span style="color: Red;">IMPORTANT : Votre navigateur ne peut malheureusement pas afficher cette page correctement.</span></div><div align="center"><span style="color: Red;">Vous ne pourrez donc pas profiter des mises en valeurs de cette pr&eacute;sentation.</span></div> <div align="right"><a href="../index.html" title="Raccourci vers la page d'acceuil.">Page d'acceuil</a>.</div> </body>
Le récit de nos vacances :

Page 28/68

On avançait au pas, ça montait, ça descendait, ça "ziguait" et ça "zaguait". Papa coupa même le moteur dans les pentes, pour éviter que le moteur de la voiture ne chauffe trop. Au bout de quinze minutes, un bruit se fît entendre depuis l'arrière :
- pin pon pin pon PIN PON PIN PON ...
Les pompiers se frayèrent un chemin, les voitures se rangeaient sur le côté pour les laisser passer. On continuait d'avancer très lentement. Ce furent, peu de temps après, des policiers qui passèrent, toutes sirènes et gyrophares allumés.

Il devait vraiment y avoir un gros accident. On avançait par à-coups, ça n'en finissait pas. Même les cyclistes allaient plus vite que nous.
Des gens attendaient, ci et là, à côté d'un panneau, un bus qui allait mettre énormément de temps à venir les chercher.

Joël BRUNET

Sommaire | < Page 27 | Page 28 | Page 29 >