<body TEXT="#EEE8AA" LINK="#FFFFE0" VLINK="#FFFF60" ALINK="#FFFF70" bgcolor="#4169E1"> <div align="center"><span style="color: Red;">IMPORTANT : Votre navigateur ne peut malheureusement pas afficher cette page correctement.</span></div><div align="center"><span style="color: Red;">Vous ne pourrez donc pas profiter des mises en valeurs de cette pr&eacute;sentation.</span></div> <div align="right"><a href="../index.html" title="Raccourci vers la page d'acceuil.">Page d'acceuil</a>.</div> </body>
Le récit de nos vacances :

Page 42/68

Le sol était tellement dur en dessous de la couche de terre que papa ne parvint à enfoncer les sardines de l'igloo de pépé que jusqu'à la moitié. Nous n'avons installé que cette toile de tente et décidé que nous dormirions sur les tapis de sol.
Papa parti seul pour aller chercher du pain qu'il trouva assez rapidement à deux pas du camping : 1 pain = 1,40 Euros.
Nous mangeâmes des pâtes qui, cette fois, furent bien cuites, papa y veilla tout particulièrement.

  

Le jour déclinait quand nous nous dirigeâmes vers la plage, après avoir cherché pendant un quart d'heure la clé de la voiture que papa avait posé quelque part sans arriver à s'en souvenir. Ce fut Alix qui la retrouva entre deux serviettes.

La Méditerranée c'est autre chose que l'océan Atlantique, les vagues y sont beaucoup plus petites et surtout on peu y rentrer et avoir de l'eau jusqu'aux épaules, que l'on peu encore voir ces pieds au fond tellement elle est claire. De plus elle est bien chaude.

Joël BRUNET

Sommaire | < Page 41 | Page 42 | Page 43 >